Une nouvelle enquête dénommée « EIPT-2017 » montre les améliorations dans la lutte contre le paludisme au Togo

Publié dans Atelier Réunion

Image 1 Une nouvelle enquête dénommée « EIPT-2017 » montre les améliorations dans la lutte contre le paludisme au Togo L’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED) en collaboration avec le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) et le Fonds Mondial, a procédé le jeudi 29 mars 2018, à la présentation des résultats de l’Enquête sur les Indicateurs du Paludisme au Togo (EIPT 2017).

Les données de cette enquête ont été collectées du 18 septembre au 14 novembre 2017 sur toute l’étendue du territoire national. Première du genre au Togo, cette enquête sur l’indication du paludisme, selon les explications du Coordonnateur du Programme National de Lutte Contre le Paludisme, ATCHA Obou-Tina, a permis de cibler près de 5.000 ménages et tester près de 3.000 enfants de 6-59 mois pour l’anémie et le paludisme.

Pour ce qui est des résultats clés, il a relevé que la proportion d’enfants fébriles ayant reçu un antipaludique avec une combinaison thérapeutique à base d’artémisinine (CTA) a augmenté de 50% en 2013-2014 à 76% en 2017. La proportion de femmes enceintes ayant reçu au moins deux doses de SP comme traitement préventif intermittent pendant la grossesse (TPIg) a aussi augmenté, passant de 57% en 2013-2014 à 68% en 2017. En résumé, « les résultats montrent que le Togo a fait un progrès dans la lutte contre le paludisme », a-t-il fait savoir en indiquant également que 85% des ménages possèdent au moins une moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII) en 2017, contre 65% en 2013-2014.

Monsieur Bandje Atcharé Kossivi, représentant le directeur général de l’INSEED a salué les progrès significatif par le Togo à travers ces résultats. Il a par ailleurs loué les efforts du gouvernement en appui avec ses partenaires notamment, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds mondial en matière de lutte contre le paludisme au Togo et pour le soutien que tous apportent au secteur de la santé.

L’EIPT de 2017, a fait savoir le représentant du Ministère de la Santé, Dr. TOMEKLOE Agbéko, fournit des données globales sur l’état actuel de la lutte contre le paludisme au Togo. Ces données, a-t-il rassuré, permettront au gouvernement de voir les progrès réalisés et de définir de nouvelles stratégies pour lutter efficacement contre le paludisme au Togo.

Lire aussi :