Accueil Réunions sur les difficultés du dénombrement

REUNION SUR LES DIFFICULTES DU DENOMBREMENT AVEC LES CONTROLEURS DE LOME COMMUNE ET DE LA PREFECTURE DU GOLFE

Une séance travail a eu lieu le vendredi 12 novembre 2010 dans l’immeuble de la DGSCN afin de faire le point des activités de dénombrement et de trouver une solution aux difficultés rencontrées sur le terrain.

Cette réunion présidée par la Ministre auprès du Président de la République, Chargée de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire (MPDAT), Présidente du Conseil National du Recensement, Madame Dédé Ahoéfa EKOUE, a été l’occasion d’échanger avec les Superviseurs et Agents contrôleurs afin d’évaluer les difficultés et de proposer des solutions dans le cadre des activités du dénombrement en cours au Togo du 06 au 19 novembre 2010.

Lomé est incontestablement l’endroit le plus visible de cette opération ; c’est à ce titre qu’il y a besoin d’insister sur l’engagement de tous, surtout des agents recenseurs, des chefs d’équipe, des contrôleurs et des superviseurs qui doivent comprendre qu’ils sont en mission pour aider le pays à avoir des données sans lesquelles il sera difficile d’obtenir l’aide internationale pour les projets de développement au Togo

Pour Madame la Ministre, il est temps de donner une chance à notre pays de disposer des données du 4ème RGPH pour mieux nous organiser contre la pauvreté, la faim etc…

Vu le délai imparti pour le dénombrement à savoir du 6 au 19 novembre 2010, Madame la Ministre a exhorté tous les agents de terrain à aller plus rapidement sans tenir compte des contraintes budgétaires de l’heure.

DISCUSSIONS ET QUELQUES APPROCHES DE SOLUTIONS

Les difficultés exposées sont relatives aux problèmes de communication entre les différents agents, à l’insuffisance de la sensibilisation des populations aussi bien autochtones qu’étrangères, au refus de certains de se faire recenser, au besoin en lampes torches, au logement des agents dans les zones sinistrées, à la sécurité des agents recenseurs dans les zones sinistrées, à la faible implication des chefs de quartiers, aux problèmes de communication avec les communautés étrangères dont la plupart ne comprend ni le français ni les langues de chez nous, l’accès aux zones difficiles etc. Ces discussions ont permis d’obtenir certaines conclusions et recommandations.

Réagissant à ces différentes  préoccupations, Madame la Ministre et le DG de la Statistique et de la Comptabilité Nationale ont remercié les agents de terrain et les ont rassurés que tous les problèmes évoqués par les uns et par les autres sont déjà relevés par le système d’alerte qui est mis en place.

Madame la Ministre a proposé que des mesures rapides soient prises pour remplacer les agents qui n’arrivent plus à continuer soit parce qu’ils sont malades soit parce qu’ils ont telle ou telle difficultés.

Elle a proposé qu’un point complet soit fait pour déterminer le nombre de lampes torches à déployer sur le terrain pour répondre au besoin des agents.

Clôturant la rencontre, Madame la Ministre a félicité les Contrôleurs qui sont en réalité la première ligne de la sensibilisation. Elle a souhaité qu’une stratégie soit mise en place pour renforcer la communication entre les différents acteurs impliqués dans le processus de recensement. Elle a enfin encouragé les agents contrôleurs à poursuivre le travail tout en leur promettant en retour son engagement à continuer par solutionner les problèmes.